Evaluer une start-up, c’est évaluer son capital « humain »

Share This:

Evaluer une start-up, c’est évaluer son capital “humain”

Par Bernard Attali

L’évaluation d’une start-up est un exercice délicat car par définition une start-up n’a que très peu d’historique en termes de données financières, et très peu voire quasiment pas d’actifs « tangibles ».

En fait l’évaluation d’une start-up se base sur la fiabilité du business plan et pour les futurs investisseurs financiers la qualité des membres de l’équipe, du management, le capital intellectuel sont des éléments déterminants. Mais qu’entend-on précisément par capital humain et capital immatériel ?

Ces concepts ont été mis en évidence par Edvinsonn et Sveiby dès la fin des années 1980, les premières publications sont datées de la fin des années 1990.

Les actifs immatériels regroupent 7 classes : le capital humain, le capital de savoir, le capital organisationnel, le capital fournisseur et partenaires, le capital de marques et le capital de systèmes d’information. Mais cette notion d’actif immatériel était restée au niveau conceptuel et n’était pas traduite dans les états financiers en termes de valorisation. C’est par l’application des normes IFRS au sein des groupes de sociétés que ces concepts vont pouvoir être quantifiés dans les états financiers. Les méthodes de valorisation des sociétés vont ainsi pouvoir intégrer ces notions.

Les méthodes de valorisation

Actuellement, les financiers ont recours à la combinaison, souvent par simple moyenne, de la méthode des DCF avec celles des comparables du groupe des pairs. Le résultat ne leur sert que d’indication-dite valeur d’ancrage-car ils sont bien avertis que d’autres points clés sont à prendre en considération qui peuvent pondérer leur premier chiffrage.

 Les points clés sont habituellement : l’évolution de la trésorerie et du besoin en fonds de roulement (BFR) ; le potentiel accessible des marchés ; la valeur anticipées de la sortie. A ces notions, quasiment objectives, ont été ajoutées, ces dernières années, des considérations extra-financières « le capital humain immatériel et humain » : qualité du management (proximité avec les équipes, structuration en gestion de projets) ; caractère innovant des produits ; perspectives de marché à long terme ; importance des efforts financiers en R&D : protection de la propriété intellectuelle, brevet maitres, etc.

Les normes comptables évaluant les actifs immatériels

La principale difficulté pour donner une évaluation des critères de la catégorie dite des actifs immatériels est que ceux-ci sont comptabilisés généralement en charge de l’exercice. Les seuls qui peuvent être mis en actifs-activés en langage professionnel (dit aussi : inscrits en immobilisations, immobilisés) - sont les frais de recherche et les frais de développement stricto sensu, à condition qu’ils offrent de réelles perspectives de commercialisation (ou de mise en service), de véritables avantages comparatifs et que toutes les incertitudes techniques aient été levées.

 À mesure que les actifs immatériels prennent de l’importance, la société a besoin d’une organisation davantage structurées, de management plus fin et d’analyse de marché mieux approfondie auxquels répondent : l’organisation en gestion de projet, la connaissance des avantages compétitifs et comparatifs et la maitrise du procédé industriel. La société qui fut en un temps un groupe de bons amis qui tentèrent une aventure, est devenue une œuvre consciente et profondément étudiée.

La transposition financière, pour difficile qu’elle soit, n’en est pas moins indispensable pour attribuer une valeur juste ? De nouvelles normales internationales, instaurées par les comptables sur ces analyses à caractère financier, sont maintenant proposées (pas encore totalement imposés) aux entreprises qui désirent être évaluées honnêtement selon les standards admis. Les normes IFRS (International Financial Reporting System) stipulent qu’une dépense, pour être activées, doit appartenir à l’une ou à l’autre des catégories suivantes : capital clients, capital humain, capital connaissances ; capital de marques capital d’organisation ; capital fournisseurs ; système d’information.  

 La norme IAS 38 (International Assessment Standard) regroupe ces actifs immatériels (ou immobilisations incorporelles) par domaine : marketing, clients, contrats, technologies et actifs artistiques. La valeurs peut être fixée si deux conditions sont remplies : contribuer aux cash flows futurs ; le coût ou la valeur se détermine de manière, sinon objective mais fiable.

Controverses

Dans la pratique, rarement sont réunies les deux dernières conditions qui permettraient d’immobiliser, ce qui a provoqué d’âpres controverses. Par exemple, Gatten, en 200, écrivit : « si les actifs immatériels sont les paramètres clés d’une société, ceci n’implique pas cependant que la valeur des actifs incorporels d’une société se traduise directement dans la valeur de la société ».

Or un actif immatériel est défini comme étant : un actif non monétaire identifiable sans substance physique (IAS 38). Bien que cette définition couvre déjà de nombreux actifs immatériels convenablement identifiables : marques, brevets, dépenses de R&D, licences de fabrication, etc., la nomenclature devrait être complétée pour pouvoir y inclure les capitaux intellectuels, humaines et relationnels ; ce à quoi tendent dorénavant les nouvelles normes IFRS. En particulier la norme IFRS 3, qui est consacrées au « regroupement d’entreprises », stipule que l’évaluation se fera sur la base de la juste valeur définie comme étant le montant pour lequel un actif pourrait être échangé ou un passif éteint, entre des parties bien informées et consentantes, dans le cadre d’une transaction effectuée dans des conditions (reconnues) normales.

Finalement, la valeur d ‘échange est celle qui prévaut, ce qui revient et confirme ce que l’on sait depuis toujours. Il semblerait que l’on finisse par tourner en rond.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ NOTRE COMPANY PAGESUIVEZ NOTRE COMPANY PAGESUIVEZ NOTRE COMPANY PAGE